Centre de téléchargement

  • Rapport annuel 2019
  • Etats financiers 2019
  • Etats financiers 2018
  • Rapport annuel 2018

Activités

Découvrez le quotidien de nos collaborateurs au travers de l’actualité 2019 et de nos trois missions (prévenir, secourir, assurer).

  • L'équipe travaillant sur le projet SIGECA (Système d'Information Géographique) a été renforcée.
  • L'ECA propose des formations spécialisées pour les chargés de sécurité, spécialistes et experts en protection incendie.
  • Le fonds d’encouragement permet également de participer au financement d’études préliminaires (comme par exemple, l'étude préliminaire en cours en collaboration avec les tl suite aux inondations de juin 2018)

Prévention

L’ECA poursuit son développement en matière de prévention dans le domaine des incendies et des éléments naturels. Dans cette optique, la division prévention a continué le déploiement de sa stratégie, de sa mise en œuvre (comme le lancement du Fonds de prévention dans le domaine des éléments naturels) et de ses futurs outils informatiques. Ces actions ont pour but de faire évoluer la division vers une orientation client accrue, une augmentation des prestations opérationnelles et une gestion du risque plus fine. Une intensification de collaboration avec la division assurance est aussi en cours, afin de mieux valoriser les synergies et ainsi renforcer la prévention.

  • 3’344

    demandes des permis de construire traitées par les experts de l’ECA

  • 9,53 millions

    de soutien financier confirmé aux communes pour la modernisation ou l’extension des infrastructures d’alimentation en eau

  • 1’635 personnes

    ont suivi les formations techniques données par les spécialistes de la division

Support et projets prévention

L’ECA continue de renforcer son soutien aux communes par des actions d’information et de formation. Deux sessions de huit demi-journées thématiques ont été proposées aux responsables en protection incendie des communes. Une nouvelle formation concernant l’analyse des plans et des concepts de protection incendie lors d’une demande de permis de construire a déjà été dispensée à trois reprises.

La première session du «Certificate of advanced Studies» (CAS) Protection incendie pour architectes organisée par la Haute école spécialisée bernoise BFH a eu lieu courant 2019. L’ECA y a contribué par la présence d’experts pour dispenser des cours, par la mise à disposition de locaux et par une participation financière. La formation de base pour les architectes et planificateurs (niveau AQ1), lancée avec succès en 2018, a changé de forme. Elle est aujourd’hui organisée sur trois jours consécutifs et intègre une sensibilisation à la protection contre les dangers naturels. Cinq sessions pour une vingtaine de participants ont été données en 2019. En tant que coordinateur du groupe de formation latin, l’ECA a mis sur pied neuf journées de formation continue, consacrées aux voies d’évacuation et aux asservissements, regroupant plus de 400 spécialistes de la sécurité incendie. L’Etablissement a aussi proposé cinq cours pour les chargés de sécurité, plusieurs interventions aux cours de spécialistes et experts en protection incendie, ainsi que des formations destinées aux branches de la restauration, du métal et du chauffage.

Trois projets majeurs ont occupé la division durant l’année passée en revue:

«Nouvelles prestations incendie»: ce projet contribue à positionner l’ECA dans son rôle d’organe de supervision et d’accompagnement des acteurs du domaine de la construction. Le projet est désormais en phase de réalisation. Un certain nombre d’outils sont en cours de développement afin de couvrir le risque incendie sur l’intégralité du cycle de vie des bâtiments.

«Nouvelles prestations éléments naturels»: il s’agit ici de développer une stratégie globale visant à prévenir les risques liés aux éléments naturels. Le projet consiste, d’une part, à définir et à mettre en œuvre de nouvelles prestations basées sur le conseil aux assurés et la mise à disposition d’aides financières. D’autre part, il vise aussi à améliorer la prestation de délivrance des autorisations spéciales en matière d’éléments naturels.

«Système d’information géographique» (SIGECA): ce projet a pour but de mettre à disposition des divisions de l’ECA, et par la suite de ses partenaires, un dispositif commun de consultation, d’exploitation, d’analyse et de partage de données géographiques internes et externes, liées à un bâtiment/lieu de risque situé sur le territoire vaudois (partage d’une donnée unique). Il permettra de géolocaliser les bâtiments assurés, de déterminer leur exposition aux risques incendie et éléments naturels, et de mieux les appréhender, que ce soit en matière de prévention, d’intervention des secours ou encore d’assurance.

Prévention des incendies

Le travail opérationnel en matière de prévention incendie évolue, toujours en lien avec l’application et la mise en œuvre des prescriptions de protection incendie 2015. Les sollicitations des communes étant toujours aussi nombreuses, le support proposé par le service de prévention poursuit son développement.

Le groupe conseils et autorisations, délivrant des autorisations spéciales pour les dossiers transmis par la CAMAC, a traité une moyenne de 131 dossiers par mois pour un total de 1’574 dossiers dont:

-> 65 % correspondent à un degré d’assurance qualité 1 (dossiers ne nécessitant pas l’intervention obligatoire d’un bureau spécialisé en protection incendie);
-> 35 % correspondent à un degré d’assurance qualité 2 (24 %) ou 3 (11 %) (dossiers nécessitant obligatoirement l’intervention d’un bureau externe reconnu en matière de protection incendie).

Durant l’année en revue, 220 inspections ont été réalisées dans des bâtiments en exploitation (2017: 171 / 2018: 233). Les bâtiments au bénéfice d’une convention avec les services de l’Etat représentent plus de 50 % des inspections. Il s’agit des crèches et des garderies pour l’Office d’accueil de jour des enfants (OAJE: 117 visites) et des colonies et internats pour le Service de protection de la jeunesse (SPJ : 26 visites). 32 bâtiments hors convention (bâtiments élevés, hébergements de type colonies non suivis par le SPJ et bâtiments protégés par des installations sprinkler) ont été inspectés à l’initiative des collaborateurs de la division et dans le but du développement d’une méthodologie d’inspection. De plus, 21 visites ont été réalisées à la demande de communes et 20 dans le cadre de conseils en prévention incendie.

En ce qui concerne les équipements de protection incendie, 69 installations sprinkler et 54 installations de détection incendie ont été réceptionnées.

Près d’une trentaine de dossiers d’ingénierie ont été traités en 2019, chiffre en augmentation par rapport aux deux années précédentes (2017: 15 / 2018: 20). Il s’agit de projets intégrant des méthodes de preuves sur la sécurité incendie, basées sur des modèles de calcul et/ou de simulation, et présentant des degrés de complexité importants en matière de désenfumage ou de résistance au feu des structures porteuses. Parmi ceux-ci, on relève la nouvelle patinoire de Malley ou l’arène de la Fête des Vignerons (FeVi) pour lesquelles des simulations d’évacuation ont été effectuées. Pour l’arène de la FeVi, une évacuation réelle (22’000 personnes) a pu confirmer l’exactitude des calculs.

Prévention des éléments naturels

Le déploiement de la stratégie éléments naturels 2016-2020 se poursuit selon la planification définie. Sur cette base, les actions phares ont été déployées et renforcent le pôle de compétences prévention. Ainsi, le rôle de l’ECA en tant qu’autorité compétente dans la délivrance des autorisations spéciales de construire en zone de danger est aujourd’hui renforcé et pérennisé.

Au niveau des actions de communication, le stand Habitat & Jardin a servi de plateforme à plusieurs événements associatifs d’envergure nationale, favorisant le réseautage entre acteurs de la construction et de la prévention.

Pour favoriser les échanges et la coordination au niveau romand, la division a mis en place une plateforme latine entre les responsables de prévention en matière d’éléments naturels. Celle-ci a pour but de renforcer la visibilité des actions développées dans les ECA romands. L’Etablissement en assume actuellement la coordination et assure le relais avec l’AEAI, renforçant ainsi la présence romande au niveau national.

Le nombre de dossiers déposés à la Centrale des autorisations en matière de construction (CAMAC) pour la partie «éléments naturels» continue d’augmenter, illustrant l’évolution du service. Il était de 1’434 au 31 décembre 2019.

Suite à l’acceptation du Conseil d’Etat vaudois en 2018 du règlement destiné à créer un Fonds d’encouragement à la prévention des éléments naturels, un pilote a été lancé en septembre 2019. La mise en œuvre des participations financières aux mesures de protection prises par les propriétaires est accompagnée d’une prestation de conseil assurée par les chargés de prévention. Un premier retour d’expérience est attendu pour le 1er trimestre 2020.

Participations financières

L’ECA accorde des soutiens financiers pour les réseaux d’eau (construction d’ouvrages, extension et renouvellement de conduites) utiles pour la défense incendie, ainsi que pour certains équipements techniques de protection contre l’incendie (sprinklers, paratonnerres, détecteurs d’incendie, matériel de secours privé, murs coupe-feu).

Les travaux de modernisation et de renforcement des réseaux d’eau se poursuivent à un rythme soutenu sur l’ensemble du canton. Les allocations promises par l’ECA en 2019 pour la modernisation et l’extension des infrastructures concernant l’eau d’extinction des incendies et de boisson se sont chiffrées à 9,53 millions de francs suisses, en légère diminution par rapport aux trois années précédentes (10 millions de francs suisses en 2018).

Concernant les équipements techniques de protection incendie, l’ECA a alloué cette année 1,1 million de francs suisses, notamment pour les installations sprinkler, de détection incendie et les équipements de protection contre la foudre.

  • Nos experts de la défense incendie et de la prévention ont passé le Vortex au peigne fin pour qu'il soit aux normes incendie
  • Les équipements pour lutter contre les inondation sont préparés au CTL. Ils sont principalement destinés aux SDIS qui sont dans des zones à risque.
  • La formation des opérateurs du CTA-118 a été renforcée en 2019.

Défense incendie et secours

Des premières réflexions ont été entamées en début d’année au sein de la division, afin de mettre sur pied une organisation et une structure qui soit en mesure de répondre aux défis futurs. L’évolution de ses missions et de la nature de ses activités, ainsi que l’augmentation des interactions avec ses partenaires externes et internes demandent en effet des adaptations structurelles. Une plus grande attention est aussi portée à l’évolution des interventions en lien avec les événements naturels, en augmentation ces dernières années. Les améliorations du système d’aide à l’engagement ProSDIS se sont aussi poursuivies durant l’année passée en revue.

  • 5’129 sapeurs-pompiers

    volontaires sont actifs au 31.12.2019 dans le canton de Vaud (13 % de femmes), dont 2’693 pour les détachements de premiers secours

  • 8,6 millions

    investis pour le renouvellement des véhicules, des engins et du matériel mis à disposition des corps de sapeurs-pompiers

  • 101’902 appels

    réceptionnés et traités par le CTA-118

Aspects législatifs et organisationnels

La commission parlementaire s’est réunie le 29 novembre 2018 pour étudier les points suivants en lien avec la modification de la législation en matière de défense incendie et secours:

  • le projet de modification légale traitant du principe de tarification des alarmes intempestives déclenchées par des installations de détection d’incendie automatique;
  • l’élargissement de la Commission consultative en matière de défense incendie et secours (CCDIS) à 10 membres afin d’accueillir un représentant de la Direction générale de l’environnement (DGE) en son sein;
  • l’intégration de la notion de standards de sécurité cantonale atomique-bactériologique-chimique (ABC).

Traité en premier débat par le Grand Conseil le 5 novembre 2019, ce projet de modification légale a été accepté par le Grand Conseil dans sa séance du 26 novembre 2019.

L’année 2019 a principalement été occupée par l’analyse de variantes d’organisation pour les horaires de travail des sapeurs-pompiers professionnels du SPSL. D’une part, il s’agit de répondre à la future reprise par les professionnels du SPSL des interventions en journée sur le territoire des communes de la couronne lausannoise. D’autre part, la nouvelle organisation permettra aussi d’alléger leurs missions de nuit et durant les week-ends, certaines interventions pouvant être reprises par les sapeurs-pompiers volontaires de l’agglomération lausannoise.
Une mise en œuvre est planifiée au 1er janvier 2022, après validation formelle des autorités concernées.

Menée depuis fin 2017 par l’Association Sécurité Riviera (ASR), l’analyse de l’optimisation de l’organisation de la défense incendie et secours des 10 communes membres de l’ASR* suit son cours. L’ASR a souhaité soumettre pour consultation aux municipalités concernées l’état des réflexions, ainsi que les variantes d’organisation proposées. Ces réflexions sont effectuées en étroite collaboration entre l’ASR et l’ECA.

*Blonay, Chardonne, Corseaux, Corsier-sur-Vevey, Jongny, La Tour-de-Peilz, Montreux, St-Légier-La Chiésaz, Vevey et Veytaux

Prestations opérationnelles

Appels entrants

Grâce à l’introduction du système ProSDIS en 2018, l’origine des appels entrants peut être identifiée de manière plus précise.

 

Total des appels entrants101'902
Appels directs 118*19'479
Appels transférés par les centrales 117, 144 ou autres centrales 4'021
Appels de collaborateurs de piquet1'778
Appels de sapeurs-pompiers en intervention15'331
Appels par radio de sapeurs-pompiers en intervention10'251
Appels administratifs divers21'742
Appels de techniciens alarmes automatiques29'300

 

*Le nombre d’appels parvenus directement au CTA-118 (19’479) est en diminution par rapport à 2018 (26’650), suite à l’activation d’un message vocal spécifiant à l’appelant qu’il a composé le numéro d’urgence des sapeurs-pompiers. Ceci évite à présent un grand nombre d’appels de demandes de renseignements ou de recherches de numéros de téléphone.

 

Mobilisations

 

Total des mobilisations6'891
Alarmes intempestives*1'070
Assistance technique**2'154
Défense chimique114
Défense hydrocarbure1'031
Défense radioprotection3
Evénement naturel408
Lutte contre le feu1'718
Renfort autres cantons13
Sauvetage d'animaux155
Sauvetage de personne168
Secours routier57

 

*Les interventions lors d’alarmes intempestives comprennent par exemple les fausses manipulations, les sabotages ou encore les alarmes déclenchées par des défauts techniques.
**L’assistance technique regroupe, entre autres, l’aide aux organisations partenaires à l’évacuation de personnes, le transport d’organes, le retrait des nids de guêpe, ainsi que le sauvetage d’animaux sans urgence.

Les trois épisodes de violents orages les 16, 20 et 30 juin ont généré au total 2’053 appels téléphoniques au CTA-118 et 278 interventions des sapeurs-pompiers dans le canton.

La Fédération vaudoise des sapeurs-pompiers, soutenue par l’ECA, a mené sa campagne cantonale de recrutement comme à l’accoutumée le premier jeudi de novembre, soit en 2019 le jeudi 7 novembre. 521 nouveaux pompiers ont ainsi pu être recrutés (dont 23 % de femmes).

Dans le cadre de la Fête des Vignerons, l’ECA a planifié l’ensemble du dispositif «sapeurs-pompiers» en collaboration avec le SDIS Riviera. Débuté en 2017, le dispositif pour cet événement exceptionnel a prévu une présence renforcée dans les casernes de Vevey et de Montreux nécessitant des effectifs venus de l’ensemble du canton. La coordination des opérations des sapeurs-pompiers a été effectuée par les officiers du SDIS Riviera et par les collaborateurs de l’Inspectorat cantonal, soutenus par des opérateurs du CTA-118. Au total, 664 sapeurs-pompiers ont été engagés durant 7’530 heures durant la fête. De plus, 2’000 heures ont été consacrées aux activités de planification, de montage et de démontage, ainsi qu’au suivi administratif et logistique.

Les séances de coordination liées aux aspects sécuritaires pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (9 au 22 janvier 2020) ont démarré en 2017 déjà, sous l’égide de l’Etat-major cantonal de conduite (EMCC). Une analyse des risques a été effectuée, impliquant tous les partenaires sécurité: police, pompiers, urgences-santé ainsi que les organisateurs et responsables de chaque site (Vortex, Vaudoise aréna, Malley 2.0, sites alpins, Flon).

Prestations logistiques

Au 31 décembre 2019,  l’ECA était propriétaire de:
• 325 véhicules
• 335 containers modules berces
• 474 remorques

Dans le cadre du renouvellement annuel des véhicules et engins standardisés que l’ECA finance et confie aux corps des sapeurs-pompiers du canton, les dotations 2019 ont concerné:

Quantité, type et modèleSDIS bénéficiaires
7 véhicules de tractionSDISPO (Orbe), Nord vaudois (Yverdon-les-Bains), Riviera (Vevey et Saint-Légier), Région Venoge (Penthalaz), Vallée de Joux (Le Chenit), Broye-Vully (Payerne)
1 échelle automobile 30 mètresSDIS Lausanne-Epalinges (SPSL)
1 véhicule de commandement SDIS Lausanne-Epalinges (SPSL)
4 véhicules porteurs de modules sur berce (VMB)Haut-Lac (Rennaz), Gros-de-Vaud (Echallens), Nord vaudois (Grandson), Vallée de Joux (Le Chenit)
2 échelles automobiles 30 mètresRiviera (Vevey et Montreux)
2 véhicules porteurs de modules sur berce (VMB)SDISPO (Orbe), Sainte-Croix/Pied-de-la-Côte (Sainte-Croix)
5 véhicules polyvalents DAPEtraz Région (Longirod), Morget (Senoge-Arénaz), Broye-Vully (Grandcour), SDISPE (L'Etivaz), Nord vaudois (Bonvillars)
14 véhicules de transport de personnesMorget (St-Prex et Denges), Ste-Croix/Pied-de-la-Côte (Sainte-Croix), Haut-Lac (Haut-Lac), Broye-Vully (Payerne), Haute-Broye (Moudon), Cœur de Lavaux (Cully), Oron-Jorat (Oron), Gros-de-Vaud (Bercher et Echallens), Gland-Serine (Gland), Haut-Talent (Haut-Talent), Etraz Région (Aubonne), Sorge (Bussigny).

Au total, les livraisons effectuées en 2019 ont entraîné un investissement de 8,6 millions de francs suisses.

Les adaptations et améliorations du système ProSDIS se sont poursuivies en collaboration avec le fournisseur et les prestataires. D’importants travaux ont été effectués sur la partie infrastructure. Ceux-ci étaient nécessaires pour accueillir la dernière version du système livrée en test à fin novembre 2019. Sa mise en service est prévue courant mars 2020. Elle corrigera bon nombre de points encore ouverts à ce jour.

Après avoir fait le constat au début des années 2000 de l’absence de moyens d’intervention spécifiques «éléments naturels» à disposition des sapeurs-pompiers, l’ECA a alors élaboré un concept d’intervention. Une première phase, approuvée en 2009, a été mise en œuvre progressivement. En 2018, l’Etablissement a décidé de compléter et faire évoluer ce concept en lien avec sa stratégie globale de prévention et de protection contre les éléments naturels (EN). De nouveaux moyens d’endiguement simples et mobiles pour la protection à l’objet ont été intégrés, et l’équipement personnel des sapeurs-pompiers a été amélioré, en particulier la tenue et le casque portés lors d’événements liés aux EN. Une partie de ces nouveaux moyens a été présentée lors du salon Habitat et Jardin en mars 2019.

Formation cantonale

Environ 4’450 sapeurs-pompiers ont participé aux cours de base, d’avancement et de perfectionnement dispensés par 160 instructeurs, ce qui représente une quarantaine de formations différentes organisées et financées par l’ECA. 16 nouveaux instructeurs vaudois ont obtenu leur attestation fédérale décernée par la Coordination suisse des sapeurs-pompiers (CSSP).
L’implantation du nouveau progiciel d’aide à l’engagement ProSDIS a généré une évolution de fond non seulement dans la gestion administrative des services de défense incendie et secours mais également dans l’utilisation de plusieurs interfaces à disposition des sapeurs-pompiers. Le déploiement de tablettes, l’utilisation d’applications pour smartphones, la mise à disposition d’un portail web ou encore d’un affichage dans les casernes, ont nécessité un investissement conséquent en termes de formation relayée par des référents au sein des différentes casernes du canton.

 

Une convention pour l’extension des infrastructures du site de formation de la RAMA – propriété commune de l’ECA et de la Ville de Lausanne et mise à disposition des sapeurs-pompiers – avait été signée avec la Ville de Lausanne en juillet 2017. Un projet d’extension, appelé RAMA II, permettra notamment d’héberger la piste d’exercice des porteurs d’appareil respiratoire. La cérémonie de pose de la première pierre du 2 octobre 2019, organisée avec la Ville de Lausanne, a marqué le début des travaux de réalisation. Ceux-ci devraient se terminer à l’automne 2020.

  • Près 50 de collaboratrices et collaborateurs travaillent dans les 11 agences de l'ECA réparties dans tout le canton.
  • Les 11 commissions d'estimation des bâtiments, fortes de 147 spécialistes issus du domaine de la construction mandatés par l'ECA ont procédé en 2019 à près de 19'000 estimations.
  • Une moyenne de 10'000 appels par mois sont traités par le service en charge du numéro d'appel gratuit (0800 721 721).

Assurance

Pour la division assurance, l’année 2019 a permis, suite à l’introduction d’une nouvelle organisation en 2018, d’intensifier les prestations au niveau du service à la clientèle, de gagner en efficacité, et de mieux encore professionnaliser les métiers. Malgré une année avec une sinistralité toujours supérieure à la moyenne (sur 10 ans), la charge de travail qui en résulte a ainsi pu être absorbée plus efficacement. La division continue son évolution vers une orientation client, pour, à terme, pouvoir fournir un conseil et une prévention proactive et de proximité. Elle augmente en même temps le nombre des services en ligne, afin de mieux répondre aux besoins des clients par le renforcement des outils digitaux.

  • 649’695 polices

    Bâtiment: 211’503
    Mobilier: 438’192

  • 19’214

    estimations de bâtiments effectuées par 147 spécialistes

  • 10 incendies

    ont entraîné des dégâts supérieurs au million de francs suisses chacun

Evolution du capital assuré et des primes annuelles

Au 31 décembre 2019, le portefeuille comprend 211’503 polices, accusant une augmentation de 0,72 % par rapport à 2018. Le capital immobilier assuré se monte à 264 milliards de francs suisses, en augmentation de 2,1 %.
5’290 bâtiments sont en cours de construction, en diminution de 6,7 % en comparaison à la moyenne des cinq années précédentes. Le montant des primes calculées croît de 2 % pour atteindre 171,7 millions de francs suisses. Le taux de prime moyen de 0,65 ‰ reste identique depuis 2004. Pour sa part, le complément d’assurance bâtiment «Côté Cour Côté Jardin» concerne 125’020 polices, en augmentation de 3 % par rapport à l’année précédente.

Toutes catégories mobilières confondues (ménages, industrie, artisanat, métiers de la terre, moyens de transport), le nombre de polices s’établit à 438’192 (+ 1,1 %) pour un capital assuré de 89,4 milliards de francs suisses, en augmentation de 1,4 % par rapport à 2018. Les primes calculées (1,2 %) représentent 65,1 millions de francs suisses.

Parts du portefeuille d’assurance

Parts (en %)Capital Primes
Bâtiments
(y compris les couvertures complémentaires et facultatives)
74,772,5
Mobilier
(sans les coassurances, ni les assurances temporaires)
25,327,5

Estimation des bâtiments

Les 11 commissions d’estimation des bâtiments (CEB), fortes de 147 spécialistes issus du domaine de la construction mandatés par l’ECA, ont procédé à 19’214 estimations en 2019, contre 17’053 en 2018. Cette augmentation de 12,7 % correspond aux objectifs fixés pour satisfaire nos services à la clientèle.

Chaque commission est rattachée à une agence de l’ECA dans le canton. Il appartient aux estimateurs de fixer pour chaque bâtiment une valeur de reconstruction à l’identique. Elle garantit à son propriétaire une indemnisation adéquate en cas de dommage total ou partiel.

Prestations d’assurance

L’Etablissement propose depuis le 3 juillet un numéro unique et gratuit pour tout client ayant des questions relatives à l’assurance, aux sinistres ou à la facturation. Avec une moyenne de 10’000 appels par mois, cette solution a permis de réduire le temps d’attente des assurés avant prise d’appel (il est à présent de 16 secondes en moyenne). Plus de 60’000 appels ont pu être traités depuis le lancement.

Indices

  • Bâtiments: l’indice demeure inchangé à 125 points, ainsi qu’en 2020.
  • Mobilier de ménage: l’indice demeure inchangé à 114 points, ainsi qu’en 2020.

 

 

Sinistres

Durant l’année 2019, 12’228 demandes d’indemnité de sinistre ont été annoncées à l’ECA (dont 8 % pour des dommages survenus les années précédentes), contre 17’980 au 31 décembre 2018 (- 5’752/ – 32 %). La charge annoncée de sinistres se monte à 76,3 millions de francs suisses (dont 3,5 % pour des dommages survenus les années précédentes), contre 110,4 millions de francs suisses en 2018
(- 34.1/ – 31 %).

*Observation de l’ensemble des dossiers enregistrés y compris les dossiers refusés et sans suite.

La charge totale des incendies enregistrés en 2019 (dont 2,2 % pour des dommages survenus les années précédentes), tenant compte des dégâts de la foudre, s’est chiffrée à 49,5 millions de francs suisses, en augmentation de 2,1 % par rapport à 2018.
Quant au nombre de dossiers ouverts au cours de cet exercice concernant des sinistres survenus en 2019, il s’inscrit à 3’530, en augmentation par rapport à l’année précédente (+ 19,8 %).

10 incendies ont coûté 16,7 millions de francs suisses. A eux seuls, ils représentent 35 % de la somme des dommages survenus dans l’année.

Nombre d’incendies ayant causé des dégâts supérieurs au million de francs suisses: (états réactualisés chaque année)

201920182017201620152014201320122011
10 101479812138

 

En 2019, 10 incendies ont causé des dégâts supérieurs au million:

LieuMontant du dommage
(en millions)
Immeuble locatif à Oron-la-Ville2,6
Hangar agricole à Vuarrens2,3
Discothèque à Ecublens2,0
Six bâtiments dans un quartier ancien à Aigle (bougies oubliées)1,8
Chalet d’habitation à Villars-sur-Ollon1,5
Locaux d’une entreprise située à Puidoux (incendie d’un compresseur)1,5
Chalet d’alpage à Mont-la-Ville (casserole oubliée sur la cuisinière)1,4
Séchoir à grain à Oron-le-Châtel1,3
Chalet d’alpage et écurie à L’Etivaz1,2
Clinique à Nyon (incendie criminel)1,1

 

La charge totale des sinistres éléments naturels enregistrés en 2019 (dont 5,9 % pour des dommages survenus les années précédentes), s’est chiffrée à plus de 26,8 millions de francs suisses en diminution de 56,8 % par rapport à 2018. Quant au nombre de dossiers ouverts au cours de cet exercice concernant des sinistres survenus en 2019, il s’inscrit à 8’698, en baisse par rapport à 2018 (- 42,1 %).

 Dossiers ouvertsDommages (en millions)
Forts vents sur le canton (mai)5741,2
Multiples inondations, suite à des épisodes d’ouragan et de grêle (juin/juillet)329314,7